Généalogie et histoires en Dauphiné - Le Blog

Quand la ville de Vienne s'opposait à Molière


Étienne Bertrand était avocat à Vienne. En plus de cette fonction il fut lieutenant de l’archevêque en 1649 et juge archiépiscopal entre 1654 et 1657.

C'est en cette qualité qu'il écrit à Vienne en 1654, dans les registres de délibérations de la ville :
« Défense aux comédiens de jouer sans permission de la police. Ce 25 septembre 1654 dans l'Hôtel de ville par devant monsieur Étienne Bertrand, juge archiépiscopal, a été remontré qu'il y a des comédiens en cette ville qui désirent jouer et dresser un théâtre à cet effet sans avoir demandé permission à la police. Conclu qu'il est inhibé et défendu aux dits comédiens de jouer dans la ville ni d'y faire dresser leur théâtre sans expresse permission de la police. »
« Du 26 septembre 1654 dans l'Hôtel de ville par devant monsieur Bertrand, a été remontré qu'au préjudice de la conclusion du jour d'hier les comédiens qui désirent jouer en cette ville font dresser un théâtre dans le Jeu de Paume sans avoir eut permission. Conclu qu'il est défendu aux dits comédiens de jouer dans la ville ni de faire dresser un théâtre sans au préalable en avoir demandé et obtenu la permission de la police. Étant pareillement défendu à tous charpentiers de leur dresser un théâtre et à tous les habitants et paumiers de leur prêter ou louer leurs Jeu de Paume et autres lieux pour cet effet, à peine de 20 livres d'amende contre chacun des contrevenants. Et enjoint à Guillaume Barlat qui a commencé à dresser le théâtre dans le Jeu de Paume de le mettre par terre sur même peine. »
La troupe en question n'est autre que celle de Jean-Baptiste Poquelin, aussi connu sous le pseudonyme de Molière. Les comédiens sont en effet installés dans la ville de Lyon, voisine de Vienne, depuis 1652 : ils joueront dans cette cité pour la première fois la pièce "L'étourdi". Il s'agit de la première grande comédie écrite par Molière, en se basant sur le style italien de la commedia dell'arte, sous une forme plus écrite et littéraire. Ce fut une pièce phare de son répertoire lors de ses représentations en province et qui connut par la suite un grand succès avec le public parisien.

Molière était né en 1622 d'un père bourgeois à Paris, qui exerçait la fonction de tapissier de la maison du roi, une charge honorifique. Le fils s'orienta vers la comédie, la vie de rue et le monde des saltimbanques, un métier qui était à l'époque proscrit par l'Église et qui entraînait l'excommunication. Il semble pourtant que le refus de la cité de Vienne fut d'ordre financier : à Lyon les comédiens durent verser une somme aux pauvres de la ville et à Dijon, les pièces étaient taxées 20 sols pour les inédites et 10 sols pour les autres représentations.



Sources : archives départementales de l'Isère : registres paroissiaux de Vienne et collection Saint-Olive ; archives communales de Vienne : registres des délibérations consulaires ; Cent ans de recherches sur Molière, sa famille et les comédiens de sa troupe, Jurgens et Maxfield-Miller, 1963 ; Notice sur les origines du théâtre de Lyon, Claudius Brouchoud, 1865 ; Molière et sa troupe à Lyon, Eudore Soulié, 1866 ; Revue du Lyonnais, Volume 1: Molière à Lyon et à Vienne, 1835 ; Molière, Blandine Bricka, 2003 ; La carrière de Molière: entre protecteurs et éditeurs, Caldicott, 1998.

Illustrations : Molière dans le rôle de César, par Nicolas Mignard, 1658, collection Comédie Française de Paris ; "L'étourdi" de Molière, gravure de Laurent Cars d'après François Boucher ; Molière écrivant, gravure de Lépicié d'après le tableau de Charles Coypel.

Partager :

4 commentaires:

  1. Cet article bien documenté est intéressant. Les ancêtres de mon mari vivaient à Vienne à cette époque, ils ont pu se croiser et parler de cette histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Il y a de fortes chances qu'ils se soient croisé ou qu'ils en aient parlé ! ;-)

      Supprimer
  2. Anonyme15 octobre

    Belle façon d'illustrer la vie d'un ancêtre si lointain,
    et très parlant lorsqu'on débouche sur Molière.

    Fanny-Nésida

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours intéressant de pouvoir rattacher ses ancêtres à la Grande Histoire. Merci pour le commentaire.

      Supprimer

Articles populaires